Thématique

L’avenir (looking forward)
22.10.14 – 04.01.15

Comme le laisse entendre son titre, L’avenir (looking forward), l’exposition se veut une réflexion sur la spéculation, l’histoire et l’état actuel de la prospective, en lien avec les développements récents en art contemporain. Notre objectif est d’analyser la relation qui existe entre les pratiques en art contemporain et les discours historiques sur le futur, d’une part, et nos modes de projection actuels dans l’avenir. Ainsi, l’exposition réunit des artistes travaillant en cinéma, en sculpture, en photographie, en peinture et en installation qui réagissent au monde contemporain en envisageant l’avenir. Elle compte également des artistes dont les démarches – fréquemment de nature situationnelle, performative et temporelle – sont socialement réceptives aux défis posés par des avenirs possibles, de même que des artistes qui abordent la question épineuse de la capacité d’action de l’art aujourd’hui, à savoir si l’art peut effectivement influencer l’avenir.

Le projet tire son origine de la localité de Montréal et s’inspire de son contexte historique et actuel. Dans cette perspective, il incombe aux commissaires d’élargir la réflexion afin d’aborder divers enjeux mondiaux qui influencent les avenirs possibles et les façons dont ils interagissent avec le local. Les années 1960 constituent un point de référence pour plusieurs artistes participants. À cette époque, Montréal était perçue comme une ville tournée vers l’avenir, comme le suggère le thème de l’Expo 67, Terre des Hommes, dont le titre, emprunté au récit autobiographique de l’auteur et aviateur Antoine de Saint-Exupéry, mettait l’accent sur l’espoir et sur les perspectives d’avenir. La notion de progrès lors de cette exposition était symbolisée par le Pavillon des États-Unis : le dôme géodésique de Buckminster Fuller et la présentation de la capsule spatiale Apollo et de la technologie qui permettrait aux astronautes de mettre le pied sur la lune. Faisant contrepoids à cette vision optimiste de l’avenir, les activités du Front de libération du Québec tout au long de la décennie mèneront, en 1970, au déploiement de chars d’assaut dans les rues de Montréal et au départ d’entreprises anglophones. Cet activisme se reflétait dans d’autres contextes régionaux spécifiques de par le monde, par exemple, le soulèvement de Paris, en 1968, et la lutte pour les droits civiques et contre la guerre du Vietnam aux États-Unis. Avec ces éléments en toile de fond, certains artistes de l’exposition explorent, parfois indirectement, les impasses du modernisme et examinent les répercussions actuelles des modèles de sociétés utopistes qui ne se sont jamais concrétisés.

D’autres évoquent la notion de la perte du futur, le sentiment d’avoir atteint un point de non retour, comme une caractéristique de l’époque actuelle. Les questions environnementales et les inquiétudes entourant le réchauffement de la planète se font pertinentes dans ce contexte. La dégradation environnementale soulève des questions d’ordre géopolitique, touchant à l’omniprésence d’une économie de marché de plus en plus dominante basée sur la spéculation, la stratification sociale et la croissance perpétuelle, entraînant ainsi une augmentation de la consommation des ressources. Face à l’échec apparent de la gauche, plusieurs artistes mettent en relief les contraintes structurelles inhérentes à la situation mondiale, qui nuisent à une vision confiante en l’avenir.

Le recours aux possibilités offertes par les récents développements technologiques et sociaux est de plus en plus fréquent dans les pratiques actuelles. Certains participants à l’exposition explorent l’impact des technologies sur les interactions sociales et la création d’images. On peut observer le potentiel positif de ces développements dans les œuvres qui introduisent un caractère ethnique et de sous-culture dans le champ numérique et les mondes virtuels; des identités par le passé réprimées par le discours dominant de la modernité. L’exposition aborde la question de la transformation de l’identité, à la fois en tant que potentiel et en tant que menace, de même que la question de la disparition de la vie privée dans un monde de plus en plus sous surveillance. Ce méta-monde, qui nourrit – et se nourrit – des plateformes Internet et des médias sociaux, est également abordé sous l’angle de la dématérialisation croissante de la société contemporaine, de la virtualisation du travail et des transactions secrètes qui occupent une place de plus importante dans le réseau de l’économie mondiale.

Différents états de performance et de temporalité sont évoqués par le titre du projet et par l’idée « d’anticiper l’avenir » (looking forward), formule qui sous-entend une action faisant appel à la fois au présent et au futur. L’anticipation implique la représentation d’un moment à venir, un processus intrinsèque à ce projet qui se propose d’examiner la relation entre la vue et la conscience, de même que son rôle, à la fois pour témoigner du présent et pour représenter l’avenir. Cependant, la question de l’avenir dans le cadre de ce projet n’offre pas de réponses simples. Bien que certaines œuvres soient plus facilement identifiables à des enjeux de l’heure, toutes se rejoignent de par leurs points de référence et se relient les unes aux autres de multiples manières. L’exposition explore différents aspects philosophiques, mais elle s’attache à une philosophie pratique basée sur l’éthique, où l’individualité n’est pas supplantée par l’action collective.

De tout temps, les artistes ont proposé des futurs imaginaires, souvent dans le but d’offrir une perspective permettant d’observer le présent, et nombreux sont ceux qui continuent de le faire. Bien que certains artistes de l’exposition tendent à une vision dystopique de l’avenir, nombre d’entre eux s’inspirent librement des discours sur le futur pour étudier le présent dans leurs œuvres. Finalement, notre exposition vise à faire un retour en arrière, à partir des futurs possibles, pour examiner le présent et aborder les rapports entre le local et le mondial dans ce contexte.


Gregory Burke
Co-commissaire, BNLMTL 2014

 

BNLMTL 2014 est une réalisation de La Biennale de Montréal en coproduction avec le Musée d’art contemporain de Montréal.