Ryan Gander
Tomorrow’s Achievements, 2014
Musée d'art contemporain de Montréal
22.10.14 – 05.02.15

Le travail de Ryan Gander résiste souvent à l’interprétation tout en ouvrant la voie à différentes possibilités de lecture. Ses installations ressemblent fréquemment à des restes ou suites d’événements possibles alliant fait et fiction, comme c’est le cas pour son installation sans titre de 2011 au musée Guggenheim de New York. Là, le reste d’événement présenté était une discussion animée entre les artistes Piet Mondrian et Theo van Doesburg qui s’est conclue par une chute dans la verrière de la résidence de Frank Lloyd Wright. Collé au sol se trouvait une pièce de monnaie de 25$, mystérieusement datée de 2032. Cette œuvre offre en condensé plusieurs sujets d’intérêt pour Gander : dogmes artistiques, récits projetés dans l’avenir, temporalité, théâtralité et utilisation de l’humour comme dispositif narratif. La transformation et l’invisibilité reviennent également dans son travail, constituant les points forts de son installation intitulée I Need Some Meaning I Can Memorise, (The Invisible Pull) pour la dOCUMENTA 13 (2012), où une brise occupait les salles vidées du Fridericianum.

Tomorrow’s Achievements comporte plusieurs de ces caractéristiques. L’œuvre se compose de quatre rideaux de différentes largeurs se déplaçant autour de la salle sur deux rails motorisés. Blancs d’un côté et noirs de l’autre, deux d’entre eux avancent dans une direction et les deux autres à la direction inverse, montrant et dissimulant les œuvres d’autres artistes dans la salle et en bloquant à l’occasion l’une des entrées. L’œuvre traite de révélation à travers le prisme de la spéculation.
—GB

Tomorrow’s Achievements est produit par La Biennale de Montréal for BNLMTL 2014 L’avenir (looking forward).

"I is...(iv)", 2013 (avec l’aimable permission de l’artiste, gb agency, Paris; Lisson Gallery, London; et TARO NASU, Tokyo
"Get me a chocolate cake, an umbrella and a blindfold", 2012 (avec l’aimable permission de l’artiste, gb agency, Paris; Lisson Gallery, London; et TARO NASU, Tokyo)
Biographie

Ryan Gander est né en 1976 à Chester, au Royaume-Uni. Il vit et travaille à Londres et à Suffolk. Parmi ses récentes expositions, mentionnons Make Every Show Like It’s Your Last au FRAC Île-de-France/Le Plateau à Paris (2013) ; Esperluette au Palais de Tokyo à Paris (2012) ; These Are the Things That I Don’t Understand à la Daiwa Press Viewing Room à Hiroshima, au Japon (2012) ; Boing, Boing, Squirt au Museo Tamayo de Mexico (2012) ; Locked Room Scenario, organisée par Artangel à Londres (2011) ; Really Shiny Things That Don’t Mean Anything au Musée d’art moderne de Varsovie, en Pologne (2011) ; Intervals au Solomon R. Guggenheim Museum à New York (2010) ; et The Happy Prince, organisée par Public Art Fund à New York (2010).

Gander a également fait partie d’événements majeurs, tels que la dOCUMENTA 13 à Kassel, en Allemagne (2012), et ILLUMInations, à la 54e Biennale de Venise (2011). Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques, dont celle de l’Arts Council à Londres, du Boijmans van Beuningen Museum à Rotterdam; du British Council à Londres ; du Carnegie Museum of Art à Pittsburgh, aux Etats-Unis ; du FNAC et du FRAC Île-de-France à Paris ; du Hamburger Bahnhof Museum für Gegenwart à Berlin; du MACBA à Barcelone ; du MAMbo à Bologne, en Italie ; du Museum of Contemporary Art de Chicago ; du Museo Tamayo Arte Contemporáneo de Mexico; du Museum of Modern Art de New York; et de la Tate à Londres. Une monographie intitulée Catalogue Raisonnable Vol. 1, conçue par l’artiste, a été publiée conjointement par JRP|Ringier et Thea Westreich/Ethan Wagner Publications (2011). Gander est représenté par la Lisson Gallery à Londres, la gbagency à Paris, la TARO NASU à Tokyo et la galerie Annet Gelink à Amsterdam.

www.lissongallery.com/artists/ryan-gander

Évènements